Un empoisonnement collectif

     Imaginez que vous participiez à un grand repas avec vos amis et parents. Soudain, un des convives sort une fiole et vous dit qu’elle contient un puissant poison et qu’il souhaiterait le partager avec vous car lui en a marre de cette vie et voudrait que vous l’accompagniez dans la mort. Quelle serait votre réaction ? Je peux bien l’imaginer d’ici.

poison      Un poison collectif      

      Mais à la réalité, je ne pense que pas que beaucoup se mettraient à courir. Non, parce que notre comportement quotidien prouve le contraire. Nous acceptons chaque jour un empoisonnement collectif insidieux et pernicieux dont les effets négatifs sont aussi terribles que celui du cyanure.

     Notre poison collectif, nous en prenons par petites doses, si petites que nous ne nous en rendons pas compte. Nous prenons une dose chaque fois que nous répétons avec la masse que « Rien ne va dans ce pays ». Nous partageons notre dose chaque fois que nous cliquons sur les réseaux sociaux « partager » pour exposer un corps déchiqueté ou une image très choquante.

       Un  empoisonnement général

       Le poison se trouve dans les réponses que nous entendons ou que nous donnons à une question aussi simple que «  Comment vas tu ? ». Les meilleures réponses des empoisonneurs sont «  comme çi, comme ça », « on se maintient ». Sinon, dans la gradation mélodramatique vous avez du  « c’est chaud », «  le pays est trop dur », «  ca va pas mec », ou autres choses du genre. Cet empoisonnement est tellement généralisé qu’une réponse comme « ça va super » est tout de suite jugée suspecte.

     L’empoisonnement est aggravé par les infos dont le fond de commerce est la mauvaise nouvelle. Et, dans un monde globalisé, le moindre fait divers dans un village du bout du monde se retrouve sur nos écrans, nos comptes twitter, facebook et même dans nos média locaux. A ce stade, l’empoisonnement devient global. Dorénavant les réponses à la question de « comment ça va ? » deviennent « ça va pas, le monde est foutu. T’as pas appris ce qui est arrivé en… et bla bla bla ».

        Trouver l’antidote

      Personne ne parle alors des belles choses qui se passent chaque jour dans le monde. De ces personnes qui change le monde par des initiatives uniques, des inventions extraordinaires. De ce que chacun pourrait faire pour réduire la dose de poison qui coule dans ses veines.

    Les premiers mots que prononce votre langue déterminent la qualité de votre journée. Refusez de démarrer vos journées par une tasse de poison avec des mots négatifs, tristes et déprimants. Appréciez le moment, savourez une tasse de café et mettez-vous en mode productivité maximale dans la bonne humeur.

      Mon ami Jean-Patrick Ehouman commence ses posts de la journée par un vibrant « Goood Morning Africaaaa » et un hastag BeastMode. Il a trouvé ainsi son antidote à l’empoisonnement collectif. Votre challenge de ce jour est de trouver vous aussi votre antidote…pour commencer la journée de demain de manière différente et positive.

     Vous continuerez votre traitement en vous engageant à faire de ce monde un endroit meilleur, une initiative à la fois, une personne à la fois., un jour à la fois.

Adama GOROU                                                                                                                               Human Potential Catalyst                                                                                                                          Coach, Trainer & Speaker

Publicités
Publié dans inspiration, motivation, Uncategorized | 6 commentaires

Leçons de Leadership de la mort de Staline

Staline, le guide de l’empire Russe demeure l’une des personnalités importantes de l’histoire contemporaine. Adulé pour son action salvatrice pendant la deuxième guerre mondiale et controversé pour la déportation de millions de russes.

 

         1315441-stalineBeaucoup de versions existent sur la mort de Staline mais ce fragment nous permet de cerner un peu les conditions ayant entouré son décès :  » Le soir du 28 février, Staline avait réuni dans sa datcha plusieurs membres du bureau politique du parti communiste, dont Beria et Nikita Khroutchev. On ignore de quoi il avait été question mais on sait que leur entretien avait duré jusqu’à 4 heures du matin. Les fonctionnaires partis, Staline s’est rendu dans sa chambre. Les gardes du corps du guide ont commencé à s’inquiéter dans l’après-midi du 1er mars parce que Staline ne sortait pas de ses appartements et ne convoquait personne. C’est que, d’après le règlement, ils n’avaient pas le droit de pénétrer chez le guide sans être convoqués. Finalement, un garde s’est décidé à pénétrer chez Staline vers 23 heures pour découvrir le guide gisant au sol. Il était vivant mais incapable d’articuler un seul mot. Apeurés, les gardes ont couché Staline sur un canapé et se sont mis à appeler Beria ( haut dignitaire russe) dont l’autorisation était nécessaire pour convoquer les médecins. Beria demeura longtemps introuvable (fait étrange en tant que tel) et les autres membres du BP avaient peur d’assumer la responsabilité. Le chef des services spéciaux finalement retrouvé, est venu à la datcha et est rentré dans la chambre où Staline gisait inanimé « 

       Staline est mort des suites d’une hémorragie cérébrale. Pendant que le sang montait à son cerveau des heures durant, ses gardes et employés de maison, se tenaient juste derrière sa porte sans pouvoir l’ouvrir…de peur que le guide dont la tyrannie était connu ne déversât  sur eux son courroux. Même les plus hauts dignitaires n’osèrent prendre de ses nouvelles tant qu’il ne les avait pas contacté. Une fois l’urgence sanitaire signalée, les premiers dirigeants contactés n’osèrent prendre une quelconque décision parce que l’homme de main Beria de Staline était injoignable.

       Quarante-huit heures plus tard, le vendredi 6 mars, à 4 heures du matin, des roulements de tambour précédèrent l’annonce fatale: « Le coeur du compagnon d’armes de Lénine, le porte-drapeau de son génie et de sa cause, le sage éducateur et guide du parti communiste et de l’Union soviétique, a cessé de battre le 5 mars 1953 à 21 h 50, heure de Moscou« disait le communiqué.

          Quels sont les leçons de leadership que vous inspire la mort de Staline ?

Adama GOROU

Publié dans Leadership, Uncategorized | 4 commentaires

Je vois une fille banale

        Au cours d’un coaching pour un groupe d’adolescents brillants afin de les préparer à une émission tv éducative, j’ai eu la chance de rencontrer des gosses extraordinaires et d’autres moins. Certains brillaient d’assurance et de confiance, d’autres auraient voulu disparaître tout simplement. Plusieurs exercices étaient au programme dont celui du « Miroir » qui a pour but de permettre aux coachés de prendre connaissance de son aspect physique, de s’observer et d’apprécier la personne qu’ils voient dans le miroir.

femme-miroir02a

        La plupart des participants ne pouvaient s’empêcher de rire une fois devant le miroir et d’avoir des commentaires élogieux à leur propre endroit : «  J’ai de beaux yeux », « j’aime mes cheveux », « je me trouve finalement plus belle avec mes lunettes », etc.

         J’avais remarqué que Patricia, une des filles, était un peu en retrait depuis le début des exercices. Je lui posai la question à laquelle tout le monde répondait avec tant d’enthousiasme : « Qu’as tu vu dans le miroir ? » Elle : «  Une fille banale », Moi : «  Pardon ? » Elle : « une fille quelconque ». Moi : « Pourquoi dis-tu cela ? » Elle : « Bah, c’est ce que me dit toujours mon père »

           A force de répétition même un mensonge devient vérité et qui plus est quand cela est l’œuvre du père, premier modèle masculin. Sans le savoir, ce père par ses mots à amener sa fille, pourtant belle et intelligente, à se trouver banale, inintéressante et moche. Mon entretien privé avec elle n’a fait que confirmer l’étendue des dégâts.

          Souffrant de la peur du rejet, elle préférait se contenter de la solitude de sa chambre au lieu de se faire des amis. Les remarques désobligeantes de son père, l’avaient muré dans un mutisme en sa présence, brisant ainsi toute possibilité de conversation. Le seul intérêt véritable qu’il lui accordait, concernait ses notes scolaires. Ironie du sort, elle vient d’échouer au Bac malgré les notes auxquelles son père tenait tant. Un autre moment difficile qui sans doute aurait eu des impacts négatifs sur sa personnalité si depuis peu, elle ne bénéficiait pas de notre accompagnement à titre gracieux.

              Certains en lisant ces lignes se rappelleront peut être de leur enfance ou de leur situation en tant que parent. Ne perpétuez pas des habitudes ou ne prolongez pas les attitudes de vos parents. Ce n’est pas parce que vos parents étaient durs avec vous que c’est le secret de votre succès. Ne pensez pas que vos enfants doivent être aussi brillants que vous lorsque vous aviez leur âge. Cessez de les comparer aux enfants du voisinage, aux enfants de vos frères et sœurs. Arrêtez svp, d’écrire un scénario pour leur vie sans leur participation, sans les consulter.

           Etre parent, c’est jouer un rôle à multiples facettes. Vous êtes à la fois : la loi, l’amour, l’espoir, la punition, la récompense, l’ami, le confident, le modèle, le héros,… Il n’est pas toujours facile de trouver l’équilibre mais votre nom ne doit pas évoquer uniquement la peur, la censure, les reproches.

          Votre enfant ne devrait pas chercher à réussir juste pour vous prouver que vous avez eu tort de le sous-estimer. Il doit le faire parce que vous êtes une source de motivation et un exemple. On ne donne que ce qu’on a reçu. Alors donnez à vos enfants les moyens de construire une autre génération en devenant le héros de leur vie, le motivateur et la source d’inspiration qui nourrira leurs ambitions mondiales.

Adama GOROU                                                                                                                                   Human Potential Catalyst                                                                                                                            Coach, Speaker & Trainer

Publié dans inspiration, Leadership, motivation, Selfgrowth, Uncategorized | 6 commentaires

Le sommet n’est pas une destination

     « Le sommet n’est pas une destination » voici une affirmation avec laquelle beaucoup de personnes ne seront peut être pas d’accord. Il est vrai que ZigZiglar nous a lancé un appel célèbre « Rdv au Sommet » et d’ailleurs je suis administrateur d’une page facebook du même nom où je publie régulièrement des articles.

Quel est ton sommet ?

     Dans la poésie, la montagne en général représente un obstacle à franchir, une difficulté à surmonter, un défi à relever et c’est pourquoi arriver au sommet de la montagne confère fierté personnelle et admiration publique. C’est ainsi que nous visons le sommet dans notre entreprise, dans l’échelon sociale, etc. Ce qui est tout à fait admirable. Chacun définit ce qui pour lui représenterait le « sommet » et entreprend la marche qui y mène. Pour certains, c’est un poste particulier, pour d’autres une situation financière donnée, ou l’accomplissement d’un rêve cher. Le sommet a une forme dans l’esprit de chacun. Que signifie le sommet pour vous ?

Le sommet a un prix.

mount-everest-china-and-nepal-border

      Tous les alpinistes vous le diront, la conquête d’un sommet est un cheminement de transformation personnelle incroyable. Nacer Ibn Abdeljalil, le 1er marocain à avoir gravi le mont Everest (le plus haut sommet du monde, 8.848 m) me confiait à Marrakech qu’il a quitté un job de trader à New York, s’est entraîné 3 ans, avant de passer plus d’un mois dans les montagnes de l’Himalaya pour réussir cet exploit réservé à une poignée de personnes sur terre.

3b37efb3a7087f8b1d1ffd5ffa769c369ba458bf     Comme lui, nous sacrifions beaucoup en quête de notre « sommet », temps, énergie, argent. Nous prenons des risques parce que notre regard rivé sur la montagne, ne se ferme plus de nuit, hanté par les promesses qui nous attendent tout là-haut.

Le voyage commence là haut

    Une fois là-haut, nous sommes enivrés par la beauté du paysage que nous découvrons, par la sensation d’avoir réussi, d’être parvenu à nos buts. Lorsque nous avons gravi la bonne montagne, nous ne sommes jamais déçus du résultat. Mais alors que nous apprécions le moment, nous nous rendons compte que le plus grand trésor que nous avons trouvé au sommet de la montagne, est l’homme que nous sommes devenu sur le parcours. La montagne nous a sculpté, taillé et transformé. Nous ne sommes plus la même personne. Et c’est en ce moment que ce que nous croyions être la destination (le sommet), devient le début d’un nouveau voyage.

        Le champion marocain m’a raconté que le voyage pour lui a commencé une fois de retour de son exploit. La foule nombreuse venue l’accueillir à l’aéroport, le drapeau marocain flottant partout dans le ciel…tout cela, lui fit prendre conscience que le voyage ne faisait que commencer. Qu’apporterait cette nouvelle personne qu’il était devenu à sa communauté, à son pays, au monde ?

13823613_10154418159689640_1664571149_n

    Si vous pensiez prendre du repos une fois au sommet, alors vous vous trompez. Le voyage le plus exaltant ne fait que commencer. Si vous estimez avoir réussi, alors mettez la personne que vous êtes devenue au service des autres.

     Chez A+ COACHING, nous croyons fermement en ce proverbe « Quand tu atteindras le sommet de la montagne, continues de grimper »                          ( photo: Avec Nacer Ibn AbdelJalil)

 

Adama GOROU                                                                                                                                  Human Potential Catalyst                                                                                                                            Coach, trainer & speaker

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Le cœur d’un champion

    La rencontre de l’Euro 2016 a été pleine d’enseignements même pour un non amateur de football comme moi. Elle nous a démontré si besoin était encore que le gagnant le vrai, est celui qui ne lâche rien jusqu’au bout.

     L’équipe du Portugal en a fait la démonstration. Ils avaient plus faim que la France…peut être parce qu’ils n’ont jamais remporté cette compétition. Même amputé de leur star Cristiano Ronaldo, ils ont formé un bloc compact et solidaire jusqu’à cet exploit de Eder.

   Pourtant, la scène qui m’aura le plus marqué n’est pas celle du but. C’est plutôt celle du capitaine Cristiano galvanisant ses co-équipiers en titubant sur son genou blessé.

    Lui qui a pleuré des larmes de peine à sa sortie, des larmes de rage, a bien été vengé par ses co-équipiers. Une coupe d’Europe pour la première fois de l’histoire du Portugal.2478000-sortie-de-cristiano-ronaldo-sur-civiere-950x0-1

Lorsque le leader se sacrifie, l’équipe aussi…

L’attitude de Cristiano Ronaldo durant ce match rappelle un principe de leadership important. Diriger par l’exemple. CR7 est l’un des sportifs les plus combatifs qui soit. Sa soif de victoire est insatiable et ce soir de la finale devait être le grand soir. Il était prêt à donner sang et sueur pour ramener la coupe à son peuple. Ses coéquipiers savaient qu’ils pouvaient compter sur lui, leur capitaine.

La sortie du capitaine portugais au lieu d’inhiber la volonté des joueurs aura au contraire sublimer leur désir de remporter cette finale. Se sachant « moins performants sans CR7 », chaque joueur est allé chercher au fond de lui les ressources nécessaires pour aller de l’avant. Souvenez vous de cette solidarité, ce bloc compacte qui était devenu imprenable par l’adversaire français.

Cristiano, le 12e joueur

Portugal v France - EURO 2016 - Final   Hors du terrain, le capitaine portugais se transformait en un 12e joueur grâce à l’influence qu’il a sur son équipe. Ses mots d’encouragements avaient encore plus de poids que même ceux de l’entraîneur. Ses coéquipiers voulaient désormais cette coupe pour une raison supplémentaire. Leur capitaine ne se serait pas blessé en vain. Dents serrés, ils ont donc supporté toute la pression adverse et comme cela arrive dans ces cas là, une erreur, une seule a suffit pour que le joueur portugais marque le but de la victoire.

Eder le héros, Cristiano la légende

euro-2016-final-portugal-v-france     Eder est devenu le héros de tout un pays. Mais Cristiano en est devenu une légende vivante car son attitude a été déterminante tout au long du tournoi qui apportera à son pays sa toute première coupe d’Europe.

Dans le sport comme partout ailleurs, les champions ont un cœur spécial. Ce cœur bat pour une cause plus grande qu’eux-mêmes, ils sont prêts à montrer la voie, donner l’exemple afin d’inspirer les autres. Avez-vous le cœur d’un champion ?

 

PS : Je demeure un fervent supporteur du Barcelone FC. Je regrette juste que Cristiano joue dans l’autre équipe, lol

Adama GOROU                                                                                                                                 Human Potential Catalyst

 

Publié dans entrepreneurship | 3 commentaires

Mettez vos gants et montez sur le ring

Le plus grand champion de boxe de tous les temps à raccrocher les gants après son ultime combat contre la maladie. Et depuis l’annonce de son décès, les hommages ne cessent d’inonder les média du monde entier.

muhammad-ali-quotes-winning14

Qui célébrons nous au fait ? le boxeur, la grande gueule, l’activiste, le pieux musulman, l’agitateur de conscience ? Nous n’avons que l’embarras du choix. Pourquoi ?

Parce que Mohamed Ali a refusé d’être réduit au rôle de celui qui donne des coups à ses adversaires sur un ring après avoir fait des déclarations tapageuses. Etre champion du monde ne suffisait pas à Mohamed Ali. Et, c’est ce refus de se contenter de son succès personnel qui lui vaut aujourd’hui tous les hommages.

Le champion s’est battu pour des choses qui étaient plus grandes que lui. Il a utilisé son aura, sa célébrité et sa grande gueule pour s’opposer au gouvernement américain, pour lutter contre  le racisme, pour défendre sa foi, pour éveiller les consciences…malgré les risques car son culot lui a coûté la prison et son titre de champion du monde.

Mais Mohamed Ali a prouvé au monde que la ceinture seule ne fait pas un champion en reprenant son titre 1 an après avoir purgé sa peine de prison.

Au moment où nous rendons hommage au « Greatest », il nous faut nous interroger sur les combats que nous menons.

Menons-nous le bon combat ? Est ce un combat qui est plus grand que nous ? Nos victoires seront elles les germes qui créeront d’autres victoires pour d’autres personnes ? etc

Nous vivons sur un continent qui nous donnent l’opportunité de trouver aisément un combat à la mesure de notre talent, de notre fortune, de notre célébrité, aussi grands soient-ils. Nous n’avons que l’embarras du choix. Saluons les légendes mais travaillons à devenir des légendes. Mais pour cela, nous devons faire don de notre personne et de tout ce que nous avons et représentons pour une cause plus grande que notre petit confort personnel.

mohammed-ali-et-nelson-mandela-le-12-mai-2005Mohamed Ali rejoint au panthéon de l’humanité une figure noire comme Nelson Mandela et leurs vies nous enseignent une seule leçon  » Vivez et battez-vous pour une cause plus grande que vous ». Choisissez votre champ de bataille, affûtez vos armes, entraînez-vous, mettez vos gants et montez sur le ring.

Adama GOROU

Human Potential Catalyst

Publié dans inspiration, Leadership, Selfgrowth | 2 commentaires

Commencez à vivre par la fin

Avez-vous déjà imaginé vos funérailles ? Le cortège funèbre, la famille, les amis, les collègues, les adversaires, les admirateurs, etc tous réunis là pour un ultime adieu.

enterrement-de-la-grand-mere-de-rihanna-a-la-barbade-le-10-juillet-2012_portrait_w674    Ce sera l’occasion pour l’un de vos proches de prononcer un discours en votre honneur. Imaginez que ce discours dise sincèrement l’homme que vous étiez…En seriez-vous fiers ?

Imaginez que couché là entre 4 morceaux de bois appelés cercueil, vous entendiez non seulement ce que disent les gens à votre propos et aussi ce qu’ils pensent au fond d’eux…les éloges seraient-ils sincères ?

Si vous devriez vous-même écrire ce discours d’adieu, à quoi ressemblerait-il ?

C’est l’exercice que je vous invite à faire pour cette semaine. Trouvez un moment tranquille, fermez votre téléphone, éteignez la télévision, fermez les yeux et… voyez la fin, votre fin…puis rédigez votre discours. Qu’aimeriez-vous que les gens disent de vous ? Que souhaiteriez-vous que votre nom, votre souvenir évoque dans l’esprit des autres : famille, amis, collègues, voisins, communauté, etc.

Une fois votre discours rédigé, il deviendra une puissante boussole grâce à laquelle vous ne perdrez plus jamais le Nord. Vos actions s’inscriront naturellement dans la logique de ce discours funèbre. Si vous tenez vraiment à entendre ce discours, vous allez devoir travailler à devenir l’homme que vous y avez décrit.

Comme l’enseigne Stephen Covey dans Les 7 habitudes de ceux qui réussissent ce qu’ils entreprennent , votre agenda doit être le reflet de la personne dépeinte dans votre discours d’adieu. Il va alors s’articuler autour des rôles importants que vous y avez mentionné . Exemples de rôles : Conjoint(e)/ père ou mère, directeur marketing et/ou entrepreneur, président(e) d’une association, Sportif, etc.

En tant qu’humain, nous ne sommes en réalité qu’un ensemble de jours et chaque jour qui passe emporte un peu de nous. Comment s’assurer que ce jour a été bien vécu si nous ignorons où nous allons et pourquoi nous y allons. Commencer par la fin est l’un des moyens les plus efficaces pour faire le meilleur usage de son temps et rendre la réalité conforme au discours que nous entendrons le jour où l’on nous rendra un dernier hommage.

7767921624_funerailles-de-nelson-mandela-le-15-decembre-2013   Le meilleur hommage que vous puissiez vous rendre à vous-mêmes est de vivre conformément   à l’hommage que vous souhaiteriez entendre et qui soit sincère. Commencez donc par la fin. Vous êtes couché là dans ce cercueil, devant votre conjoint, vos enfants, vos parents, vos frères et sœurs, vos collègues, vos voisins, vos amis, etc… un de vos proches se lève et prends la parole : « M/Mme Untel était… »    Continuez…

 

Adama GOROU                                                                                                                                           Human Potential Catalyst

CEO A+ COACHING

Publié dans inspiration, Leadership, motivation, Selfgrowth, time management | 5 commentaires

Le Travail de votre Vie

02 jours avant la célébration de la fête du travail, j’étais privilégié de participer à un diner en compagnie d’une trentaine de personnes à succès venues de 4 continents pour une rencontre de haut niveau. Le diner avait lieu dans l’un des meilleurs restaurants de la ville qui vous offre une vue imprenable sur la capitale abidjanaise.

Au menu, une gastronomie raffinée et un débat enrichissant sur l’éducation. L’un des participants ayant fait ses armes à la banque mondiale et dirigeant dans un illustre cabinet de recherches aujourd’hui, posa la question suivante :
Qui parmi nous ici, exerce le travail pour lequel il a été formé à l’université ? 1,2,3…6, 7…, 7, 7… Décompte final 7.
Alors que s’est-il passé sur le chemin entre l’obtention du diplôme et le premier emploi ?
Chacun a son histoire mais tous ceux qui étaient dans ce restaurant ce soir là, semblaient avoir trouvé leur voie.
Ils étaient tous fiers du travail qu’ils faisaient. Ce travail les passionnait. Ce travail avait du sens.
J’ai écouté certains me dire comment ils avaient quitté le confort d’un poste de dirigeant dans une banque pour se lancer dans l’agriculture. Un autre, membre du congrès américain expliquait comment il s’était lancé en politique pour faire voter des lois qui pourraient changer la vie de milliers de personnes. Un cadre dirigeant était heureux de travailler dans une entreprise qui fournit de l’eau et de l’électricité dans plusieurs pays africains.

Business people group.Et vous ? Au lendemain du 1er Mai, pensez-vous exercer un travail qui a du sens ? Qui vous donne envie de vous réveiller le matin ? Qui est utile ?
Peu importe votre formation universitaire ou votre niveau d’éducation, vous n’êtes aucunement condamné à faire le travail que vous détestez. Chacun d’entre nous est sûrement né pour faire un travail particulier. Le travail qui donne sens à sa vie et à ses longues journées. Si vous ne l’avez pas encore trouvé, continuez de le chercher. Une fois que vous l’aurez trouvé, tous vos talents pourront s’exprimer et vous réaliserez des choses dont vous n’avez même pas idée. Vous deviendrez une sorte de Superman…
Un penseur disait : « faites un travail que vous aimez et vous n’aurez pas l’impression d’avoir travaillé un seul jour de votre vie »
La magie ne s’opère que lorsque vous avez trouvé le travail de votre vie, celui pour le quel vous êtes fait « corps et âme » et qui vous permet de marquer le monde de votre empreinte.
Bonne fête de travail de votre vie et si vous ne l’avez pas encore trouvé… continuez à le chercher.

Adama GOROU

Human Potential Catalyst

Publié dans entrepreneurship, inspiration, Leadership, Selfgrowth, time management, Uncategorized | 4 commentaires

Prêt à devenir une légende?

La sortie de scène est tout aussi importante que l’entrée, tous les artistes le savent. Et, nous devrions tous le savoir car au fond, chacun d’entre nous est un artiste, qui sur la scène de la vie, doit faire une performance. Il n’y a rien de plus apprécié que les applaudissements du public en fin de prestation. C’est la raison pour laquelle les chanteurs garderont leur meilleur tube pour la fin du concert, les stylistes la plus belle création pour clôturer le défilé, etc.

1111447-kobe-bryantTout le monde essaie de finir en beauté…pour laisser une marque, une trace indélébile. L’illustration vient d’en être donnée par le basketteur KOBE BRYANT dit Black Mamba. La légende a terminé le dernier match de sa carrière avec 60 points marqués pour son équipe. Il aura passé 20 ans avec les Los Angeles Lakers, gagné 5 titres de champion et le titre du 3e meilleur marqueur de l’histoire de la NBA (+ 33 000 points), 2e meilleur marqueur (81 points) en un seul match, etc. La liste est longue. Mais pour son dernier match, celui qui n’a plus rien à prouver à encore prouver, si besoin était, que le mot « légende » s’associe bien avec son nom.

      Et vous ? Voulez-vous devenir un légende ?

Je ne vous demande pas de ressortir artillerie du parfait basketteur ou footballeur. Je me demande tout juste si cela vous dirait de battre des records, les vôtres d’abord et ensuite ceux des autres. Ne voudriez vous pas devenir:

  • Le meilleur commercial de tous les temps dans votre entreprise
  • Le meilleur manager dans votre secteur d’activité
  • Le meilleur CEO de votre pays, votre continent
  • Etc

Vous pouvez aussi devenir une légende en jouant à être:

  • Le meilleur parent de la terre pour vos enfants
  • Le meilleur conjoint pour votre moitié
  • Le meilleur ami possible pour vos amis
  • Le meilleur enfant, le meilleur frère, la meilleure soeur, etc

     Choisissez votre scène et faites la plus belle des prestations

9b0af4ce1135b33881cb0a903e7b13a3_large Peu importe la scène que vous utiliserez pour parvenir au statut de légende, retenez que ce titre requiert du sacrifice, des risques, des échecs. KOBE BRYANT a le titre du plus grand nombre de tirs manqués dans l’histoire de la NBA (+ 14 000)…C’est pour avoir accepté de rater autant de tirs, qu’il est devenu le 3e plus grand marqueur de ce championnat (+ 33 000). Le titre de légende n’est jamais usurpé, il s’obtient dans l’abnégation, la persévérance et le travail.  Cependant, une fois que vous l’avez, il est éternel et continuera d’inspirer des millions de personnes très longtemps après que vous ayez disparu de la scène.

      Alors, prêts à devenir une LEGENDE ? J’attends vos réponses.

Une vidéo ici pour découvrir ou redécouvrir la légende Kobe

Adama GOROU

Human Potential Catalyst

Publié dans inspiration, Leadership, motivation | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

L’Or et l’épreuve du feu

     Une amie m’a demandé de me prononcer sur le thème suivant : «  L’adversité est-elle un frein ou un levier pour la réussite »

     J’ai cogité sur la question et j’ai décidé de donner mon avis en vous parlant  d’un métal précieux enfouit dans les entrailles de la terre : l’Or.

     « La très vielle histoire du métal jaune (source : http://www.cpordevises.com/or/histoire )

      L’or est presque aussi ancien que la Terre elle-même. Sa rareté, son éclat, sa pérennité en ont fait le métal précieux le plus prestigieux. Certains filons ont jusqu’à deux milliard et demi d’années. La fascination pour l’or est née il y a 6 000 ans environ. Les Égyptiens ont été les premiers à tirer l’or du Nil et à exploiter des gisements à ciel ouvert. Ce sont eux qui ont créé les premières mines, 3 000 ans avant notre ère, en construisant des galeries à des dizaines de mètres de profondeur (source : Encyclopédie Intégrale, Intergold / Nathan)… »

      10Aucun doute, l’or éblouit le regard et même l’âme. Ce métal tant recherché une fois extrait passe par une phase de « purification » afin d’en extraire les corps étrangers. Parmi les techniques employées, existe celle de la fusion. Cette technique consiste à faire fondre l’or à une température de 1064 degrés.

      Je considère que chacun d’entre nous est de l’or brut et si nous voulons devenir de l’or pur, précieux et convoité, nous devons nous aussi passer par l’épreuve du feu. Le feu, ce sont les adversités que nous rencontrons, les difficultés auxquelles nous devons faire face, nos handicaps, les jugements des autres, les médisances, les méchancetés, les trahisons, et j’en passe.

      1064 degrés Celsius… la température idéale pour la fusion de l’or peut ressembler à   la montagne de problèmes à affronter pour devenir la meilleure version possible de soi-même. Lorsqu’on traverse une situation difficile, ne dit-on pas que «  C’est chaud » ?. Alors, tenez bon la température de fusion n’est peut être plus très loin. Ne priez pas pour ne pas avoir d’épreuves, priez pour être seulement plus fort qu’elles. Ne priez pas de ne pas avoir d’ennemi, mais priez pour avoir des ennemis de qualité que vous vaincrez.

       C’est seulement dans l’atteinte de la température idéale, que vous saurez toute la beauté, toute la richesse dont regorge votre âme.

       Pour finir je suis d’avis avec Senèque que : « C’est par lépreuve du feu qu’on reconnaît l’or pur. C’est par les épreuves qu’on reconnaît l’homme de cœur. »

Bon vendredi…Et rendez-vous après la fusion…voir la vidéo

Adama GOROU

Human Potential Catalyst

Publié dans inspiration, motivation, Selfgrowth, Uncategorized | Tagué , , | Laisser un commentaire